top of page
Rechercher

Quand l'inconscient nous a joué des tours!


Hello le people, aujourd'hui j'avais envie de vous partager une recherche et une réflexion personnelle, fondée sur Lise Bourbeau. Son livre traite des "cinq blessures qui empêchent d'être soi même".

Si tu parts du principe que chacun de nous, avons à longueur de journée des mécanismes de protection que nous mettons en place inconsciemment. Ceux-ci, afin de tenir face aux différents publiques qui sont en face de nous. Pourrais-tu alors rester toi même?

Mais qu'est ce que rester soi-même? Est-ce que à travers tout ces mécanismes, tu peux quand même rester celui ou celle que tu veux être?  


Face à chaque relations sociales, nos comportements vont varier en fonction de notre vécu et de nos blessures.


Lise Bourbeau, parle de cinq grosses blessures, que nous pourrions porter chacun de nous. L'une plus prédominante qu'une autre ou toutes à la fois. Celles-ci s'appellent: le rejet, l'abandon, l'humiliation, l'injustice et la trahison. Elles font à peu près toutes, état de référence à ce que depuis notre plus jeune enfance nous avons pu traverser.

Afin de nous protéger, nous aurions mis des mécanismes de protection en place pour ne pas ré-activer ces blessures dans une situation qui les feraient ressortir. Est-ce une faute ? À mon sens, Non. Il est juste intéressant de l’avoir en tête afin de dépasser nos peurs et nos blessures pour éviter de: "s’éteindre" et/ou de "s’auto-détruire" ou de laisser filer une belle occasion, face à une situation émérgente. Mais aussi de ne pas oublier, que ces mécanismes, nous aurons permis et nous permettrons toujours de nous protéger.

Ces blessures enfouies, nous dirigeraient en tant qu’adulte, inconsciemment à se comporter d'une telle ou d'une autre façon avec notre environnement et nos relations.


Ce qui m'a donné l'envie de comprendre avec compassion certains comportements et les miens. Bien avant la lecture de ce livre, je me plaisais à dire que « ce monde est fait d’être humains blessés et non d’êtres humains méchants ». Est-ce utopique?

Il est vrai que tu pourrais considérer, que nous excusons trop facilement ceux qui te cause du tort.

Je suis certaine d'une chose, en travaillant avec des enfants, c'est que la plupart des mécanismes qu'ils mettent en place jusqu'à l'âge adulte, proviennent de ce qu'ils ont vécu dans leur environnement.


En soi, l’important à mon sens, c’est juste d’être conscient que ce qui te fait du "mal", tu as le droit de ne pas l’accepter. Tout en te disant, que peu importe l’agissement de la personne en face, elle a aussi sûrement quelque chose à régler en elle, si elle en a envie. Cela n’excusera pas l’acte mais en toute sérénité, ça te permettra de ne pas garder tes émotions de: colère, tristesse, peur, joie etc. Pour laisser place à l’acceptation de ce qui est, et aller de l’avant avec compréhension. Et donc ne pas porter la responsabilité de l’agissement de l’autre ou de son ressenti mais de porter la responsabilité des tiens. Cela pourrait te permettre, d'aller peut-être chercher de ton côté, pourquoi cette émotion te submerge face à un comportement.

Ensuite, libre à toi, de faire un travail sur tes blessures, pour rechercher une sérénité dans ton développement personnel. Plusieurs méthodes sont à ta portée: médecine alternatives, lectures, exercices, thérapies ou simplement méditer, se ressourcer. Cette pensée m'appartient et la tienne est aussi bonne à prendre du moment où tu te sens bien avec celle-ci.

Pour finir, personne ne te demande, de devenir un sauveur ou un analyseur de comportements, mais simplement d’avoir un regard différent sur n’importe quelles relations humaines que tu peux entretenir. Car si tu fais de l'introspection, tu accepteras mieux les autres et leur comportement.


Pourquoi? Simplement pour être en paix avec toi et les autres.

Et de simplement arrêter de te juger, quand tu as adopté un mécanisme qui te permettais de te protéger ou qui était lié à une blessure. D’accepter que avec l’essai-erreur tu apprends.

"La culpabilité ronge, la sérénité repose."

Enfant, nous sommes tous passé par l’essai-erreur pour apprendre, ainsi qu'avec nos pairs.

Cette réflexion me permet de te dire que si tu essais de ne pas alimenter ton "égo" et que tu restes dans le coeur, tu pourrais vivre plus harmonieusement et choisir la voie de la bienveillance.

Ce livre est avant tout une aide pour mieux se comprendre soi...À découvrir, si intéressés, je le recommande.


"La plus belle expérience, reste celle du coeur »


C.M


97 vues

Posts récents

Voir tout

Le Passage

bottom of page